Chantez avec les pistons

Le trombone

bassenana

Un peu d'histoire :

Le trombone est un instrument très ancien puisque sa forme quasi-définitive (embouchure, coulisse à 7 positions, pavillon) apparaît dès le XV° siècle grâce au facteur d'instrument Neuschel à Nuremberg comme déformation de la trompette naturelle (c'est-à-dire sans piston). A l'époque, il est appelé Sacqueboute (du vieux français « sacquer » et « bouter » = tirer et pousser, à ne pas confondre avec tirer - bourrer). Il se développe très rapidement dans toute l'Europe et intègre les orchestres avec Lully et Monteverdi. A partir de 1700, le pavillon s'évase pour donner au trombone sa forme contemporaine. Il est utilisé par Mozart, Beethoven, Hayden... pour des concertos pour trombone ou des opéras. Au XIX°, le trombone, toujours très présent dans les orchestres, se popularise grâce aux facteurs parisiens (Courtois...) et surtout grâce au développement des ensembles militaires et des fanfares dans les villes industrielles. Le XX° siècle marque l'apothéose du trombone. En effet, il est un des instruments de l'innovation dans toute l'histoire du Jazz (Teagarden, Winding, JJ. Johnson,...) et est désormais souvent utilisé dans la variété (Nougaro, Gainsbourg...), la musique contemporaine (Boulez,...) et plein d'autres styles (J.Brown, Sting...).

Les devises :

Le profil du tromboniste :

Tout d'abord, le tromboniste n'a jamais choisit son pupitre par hasard. En effet, quand il arrive à la fanfare, il sait que si il choisit cet instrument, il va être au devant de la scène et que, grâce à ses mouvements amples et ses chorégraphies que lui seul connaît, c'est lui que le public va regarder principalement, et il adore ça. Par conséquent, le tromboniste est rarement réservé et il a toujours un très bon contact avec le public ce qui lui attire souvent les faveurs de ces demoiselles.

Cependant, trois contraintes s'opposent au tromboniste pour le brassage de morue :

Revenons sur cette troisième tare. Les blagues de tromboniste se distinguent en deux catégories : soit elles sont incompréhensibles par le commun des mortels, soit elles sont vraiment nulles. Dans les deux cas, personne ne rit, à part bien sur un autre tromboniste...

Enfin, nous pouvons dire également que le tromboniste est très susceptible : conscient de sa grandeur et de sa suprématie passée, il ne supporte pas que son ennemi juré, le bassiste, joue fort et sans se faire reprendre par le chef-mû contrairement à lui. Bizarrement, il perd alors tout son humour...

Quelques photos :

Sacqueboute
Sacqueboute
Trombone à palettes
Trombone à palettes
Le trombone à 7 pavillons (de A.Sax)
Le trombone à 7 pavillons (de A.Sax)
Trop bien pour jouer le lion!
Trop bien pour jouer le lion!
Trombone contrebasse avec une tige pour bouger la coulisse!!
Trombone contrebasse avec une tige
pour bouger la coulisse!!
Peut-être la seule vraie facon de jouer du trombone
Peut-être la seule vraie facon
de jouer du trombone
Le Saxobone.....
Le Saxobone.....
Le Superbone : avec une coulisse et des pistons
Le Superbone : avec une coulisse et des pistons
blaque
Une bonne blague du 1A trombone Remy Lasol ! (remarquez l'explication en dessous nécessaire pour décocher un sourire...)

Palough